Exercice corrigé Ancien programme

Restitution de connaissances

La grippe est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse causée par des virus à ARN. Elle se traduit par un ensemble de signes non spécifiques associant fièvre, maux de tête, toux, pharyngite... Ces symptômes font évoquer le diagnostic par la soudaineté de leur apparition, leur survenue en période d'épidémie grippale et leur disparition habituelle après quelques jours d'évolution.

Doc 23 Évolution de l'infection par le virus de la grippe
et de la réponse du système immunitaire

Identifiez et expliquez les principales phases de l'infection et de la réponse immunitaire montrées par le document.

La grippe est une maladie infectieuse provoquée par un virus. L'évolution de la maladie montre une phase de multiplication du virus, suivie par la réponse du système adaptatif, assurée par les lymphocytes T cytotoxiques et les plasmocytes qui produisent des anticorps.

Comment expliquer les évolutions quantitatives et temporelles de cette infection virale ?

La grippe est provoquée par une infection virale. Un virus est incapable de se multiplier seul, il doit utiliser les constituants d'une cellule.

Le virus de la grippe s'accroche aux cellules épithéliales des voies respiratoires, puis pénètre par endocytose dans une cellule. L'ARN viral est répliqué dans le noyau de la cellule hôte, dans le cytoplasme l'ARN viral assure la synthèse des protéines virales. Les virus s'assemblent dans la cellule et sont libérés par bourgeonnement dans le milieu extracellulaire.

Pendant les deux premiers jours de l'infection, la population virale connaît une augmentation rapide. Lors de cette infection, le virus est présent dans deux milieux : ils circulent dans le milieu extracellulaire puis ils infectent des cellules du soi et sont donc présents dans le milieu intracellulaire.

La réponse adaptative assurée par les lymphocytes T8 est destinée à l'élimination des cellules infectées par un virus.

  •  Pendant les 2 premiers jours

Reconnaissance : Chaque cellule doit en permanence prouver son appartenance au soi. Dans son cytoplasme, son CMH se lie avec des peptides, fragments de protéines présentes dans la cellule. Le complexe CMH-peptide est ensuite exposé pendant quelques heures à la surface de la cellule, cela revient à présenter aux cellules immunocompétentes des « échantillons » de ce qui se trouve dans le cytoplasme.

Les complexes CMH1-peptide sont reconnus par un récepteur spécifique, par complémentarité de forme. Chaque lymphocyte T8 ne présente sur sa membrane qu'un seul type de CD8, il existe donc une grande diversité de lymphocytes T8, et parmi eux celui dont le récepteur CD8 reconnaît le complexe CHM-peptide du virus de la grippe. Cette phase de reconnaissance se produit pendant les deux premiers jours de l'infection.

  •  Du 2e au 10e jour

Multiplication clonale et différenciation : La reconnaissance d'un complexe CMH-peptide viral active le LT8 spécifique, ce qui entraîne sa multiplication clonale, puis la différenciation des cellules du clone en cellules T cytotoxiques (LTc).

Lyse des cellules infectées et mémoire : Certains LTc évoluent en cellules mémoire. Les autres LTc évoluent en cellules effectrices qui détruisent les cellules reconnues comme infectées par l'exocytose de perforine.

La multiplication des LTc à partir du 2e jour explique l'augmentation du nombre de LTc. La lyse de cellules infectées par les LTc explique la stabilisation de la multiplication virale entre le 2e et le 4e jour, et ensuite leur décroissance.

La réponse adaptative assurée par les lymphocytes B va permettre l'élimination des virus qui circulent dans le milieu extracellulaire, période qui débute avec la sortie des virus d'une cellule par bourgeonnement et leur pénétration dans une nouvelle cellule hôte.

  •  Pendant les 4 premiers jours

Reconnaissance : La reconnaissance des antigènes présents sur la membrane du virus se fait par complémentarité de forme entre un antigène viral et un anticorps spécifique. Chaque lymphocyte B produit et expose sur sa membrane un seul type d'anticorps  la reconnaissance d'un antigène du virus de la grippe n'est donc possible que par un lymphocyte B spécifique à cet antigène.

Multiplication clonale et différenciation : La fixation d'un antigène sur un anticorps membranaire active le LB spécifique. La stimulation par les interleukines produites par un LT4, entraîne sa multiplication clonale.

Ces deux étapes durent 4 jours.

  •  Du 4e au 10e jour

Les interleukines produisent aussi une différenciation des cellules du clone en LB mémoire ou en plasmocytes sécréteurs d'anticorps. Les anticorps libérés vont reconnaître et se fixer sur un antigène viral, ce qui forme un complexe immun. Les macrophages, acteurs de la défense innée, vont détruire ce complexe immun par phagocytose. Les anticorps sont ainsi à l'origine de la diminution du nombre de virus circulants. Quand les LTc ont détruit toutes les cellules infectées, la quantité de virus devient nulle.

  •  Après le 10e jour

La quantité d'anticorps se stabilise, ce qui traduit l'arrêt à la fois de la sécrétion d'anticorps par les plasmocytes et la formation de complexes immuns associés à la reconnaissance d'antigènes viraux. L'infection est terminée.

Conclusion

Cette infection virale se termine avec une mémoire immunitaire : anticorps circulants spécifiques au virus de la grippe, et présence de cellules mémoire elles aussi spécifiques : LB et LT8. Si le même virus se présente, il sera rapidement éliminé, sans les manifestations d'une maladie. Mais le virus de la grippe est un virus à ARN, molécule sujette à de fréquentes mutations. Si un virus de la grippe se présente, mais avec des antigènes différents de ceux exposés par lors de la précédente infection, toute l'immunité sera à refaire !

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner