Test de dépistage d’une infection par streptocoque

Merci !

Exercices
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Quelques aspects de la réaction immunitaire

Les streptocoques libèrent une toxine : la streptolysine, qui perfore la membrane des globules rouges. L’hémoglobine contenue dans les globules s’échappe alors à l’extérieur. On se propose d’utiliser cette propriété pour mettre au point un protocole de dépistage d’une infection par un streptocoque (document 17).

Doc 17


Protocole testé. Un prélèvement de sang est effectué chez 2 individus : B est porteur de streptocoques, A ne l’est pas. Du sérum, fraction liquide du sang (donc dépourvue de cellules) est extrait de chaque prélèvement sanguin. Dans le cas où un patient est porteur de streptocoques, son sérum contient des anticorps antistreptolysine. Ceux-ci rendent la streptolysine inactive : elle n’agit plus sur les globules rouges.

Pour le test, on ajoute au sérum :

– des globules rouges humains témoins (non prélevés sur les patients) ;

– de la streptolysine.

Résultats obtenus. Sérum A : Les globules rouges sont détruits et l’hémoglobine se répand dans le tube.

Sérum B : Les globules rouges sont intacts.

Après une étude rigoureuse du protocole, expliquez si le résultat du test est conforme aux informations connues pour les patients A et B. Quelles sont les limites d’utilisation de ce test ?

Étude guidée. Le protocole repose sur deux constantes : globules rouges témoin + streptolysine, et sur une variable : le sérum d’un patient.

Diviser l’étude du document en deux.

1. Étudier dans un premier temps les conséquences qu’aurait une présence simultanée de globules et de streptolysine sans addition de sérum.

2. Utiliser l’interprétation dégagée en 1 pour étudier les résultats obtenus avec l’addition de chaque sérum.

Terminer par un bilan critique de ce protocole.

Repères de savoir. Le sujet contient presque toutes les informations. Pour le bilan critique, penser à la mémoire du système immunitaire.