Exercice corrigé

Tétanos : sérum et vaccin

Le tétanos est une maladie grave qui entraîne la contraction des muscles squelettiques, puis des muscles respiratoires et du muscle cardiaque en moins de deux semaines. Cette tétanisation des muscles est provoquée par la toxine tétanique, toxine produite par le bacille du tétanos. Ce bacille se trouve dans le sol sous forme de spores.

Chez une personne susceptible d'avoir été contaminée (C), le médecin procède à l'injection d'un sérum antitétanique à . Chez une personne non contaminée (NC), une injection d'anatoxine tétanique est réalisée également à . L'anatoxine tétanique est une toxine tétanique atténuée, qui a perdu son pouvoir pathogène tout en conservant son pouvoir antigénique.

La production d'anticorps antitétaniques est mesurée chez ces deux personnes, les résultats sont présentés sur le même graphique (document 21).

À l'aide du document 21, proposez des arguments pour justifier les affirmations suivantes.

1. L'injection d'anatoxine est un vaccin.

2. L'injection d'anatoxine ne peut pas sauver une personne contaminée par le bacille du tétanos.

3. Au cours du temps, les anticorps sont naturellement dégradés.

4. Il faut trois injections d'anatoxine tétanique pour assurer une mémoire immunitaire satisfaisante.

5. L'évolution des anticorps chez la personne C prouve sa contamination par le bacille du tétanos.

6. L'injection du sérum n'a pas vacciné la personne C.

7. Un sérum confère une immunité passive tandis qu'un vaccin confère une immunité active.

Il faut ici extraire des informations du texte et/ou du graphique et, si cela est nécessaire, utiliser des connaissances pour produire une explication.

Doc 21 

1. Le texte précise que l'anatoxine tétanique est une toxine atténuée qui a perdu sa virulence mais pas son pouvoir antigénique. Injecter une anatoxine tétanique, c'est injecter un antigène qui va stimuler la réponse adaptative assurée par les LB. Le graphique montre que la production d'anticorps antitétaniques augmente après chaque injection. Après la première injection, la production des anticorps est assurée par des lymphocytes B mémoire, ce qui assure une production plus rapide et plus importante. C'est donc une vaccination.

2. Une personne infectée par le bacille tétanique meurt en moins de deux semaines. Or, deux semaines après la première injection d'anatoxine, la concentration des anticorps antitétaniques de 0,5 ua, destinés à neutraliser la toxine tétanique, est très inférieure à la concentration minimale protectrice de 2 ua.

3. Après la deuxième injection, la production d'anticorps atteint un pic à puis la concentration diminue régulièrement pour se rapprocher de la concentration minimale protectrice. La personne NC n'étant pas infectée, il s'agit d'une dégradation naturelle des anticorps.

4. À chaque injection d'anatoxine, la production d'anticorps antitétaniques augmente. Après un pic, cette concentration diminue. 30 semaines après la deuxième injection, la concentration en anticorps se rapproche beaucoup de la concentration minimale protectrice. Une production importante d'anticorps ne se produit qu'après la troisième injection.

5. Si C n'était pas contaminée, la destruction naturelle des anticorps devrait se produire avec une vitesse comparable à celle observée après le pic à chez la personne NC. À cette vitesse, la concentration d'anticorps devrait encore être supérieure à la concentration minimale protectrice 40 semaines après l'injection du sérum. Or chez la personne C, cette vitesse est beaucoup plus importante. C est contaminé, les anticorps injectés avec le sérum se lient avec la toxine tétanique, ce qui forme un complexe immun détruit par la phagocytose des macrophages : l'anticorps impliqué dans un complexe immun est donc détruit. 5 semaines après l'injection, il ne reste plus d'anticorps antitétaniques.

6 et 7. Vacciner, c'est injecter un antigène atténué. Chez NC, ce sont des anticorps qui ont été injectés. Un sérum contient des anticorps qui ont été produits par une personne qui a été en contact avec un antigène. Injecter un anticorps antitétanique va conférer à la personne une protection contre la toxine tétanique, mais cette injection ne stimule pas le système immunitaire : c'est une immunité passive.

Injecter une anatoxine, c'est injecter un antigène qui stimule une réponse par les lymphocytes B, ce qui se traduit par la sécrétion d'anticorps spécifiques qui donnent une immunité, et la formation de LB mémoire : ici l'immunité est active.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner